LA NÉBULEUSE D'ORION

M42, nébuleuse d'Orion

Vous regardez un soir d'hiver vers le Sud et vous voyez, même si il ya un peu de brume et de pollution la brillante constellation d'Orion :

Bruxelles, une belle nuit de janvier :

Si il fait beau dans un endroit dégagé :

On peu voir une petite tache au milieu de l'épée, si vous avez une très bonne vue et un peu d'imagination ;

Historiquement on ne trouve pas de traces précises de cette nébuleuse. Jusqu'à Galilée le terme « nébuleuse » était réservé à des amas d'étoiles qui apparaissaient comme des taches.

Ptolémée ; description de la constellation d'Orion :

L'étoile nébuleuse de la tête, d'Orion Taureau 27 A16 1/2 neb. λ

(les positions des étoiles étaient données par rapport au signes de zodiaque de 30° et en latitude écliptique. La lettre de Bayer a été ajoutée dans l'édition française du XIXe)

Sont par exemple pointés de la même manière:

Le double amas de Persée, la Crèche, l'Amas de Ptolémée (Scorpion), le Grand amas du Sagittaire. Mais les pléiades sont détaillées et pas considérées comme nébuleuse

Galilée qui a soigneusement observé la constellation d'Orion et dessiné l'amas de la tête :

qui dans les traductionfont la confusion avec M42. 

La tête d'Orion dessinée par Galilée (pas la nébuleuse) :

Le dessin de la ceinture et de l'épée ne mentionne aucune nébuleuse :

C'est Peiresc en France qui, ayant reçu une lunette, observa sans conteste la nébuleuse en novembre 1610 :

 Mais il faut attendre Huygens en 1656 pour faire connaître sont existence de façon indubitable :

Prenez donc des jumelles :

 et la nébuleuse est bien visible. Avec une petite lunette on verra ceci

prenons alors un grand nombre de photos :

10m20s en 62 poses de 10s empilées avec une lunette 80/400 et suivi ; ce qui correspond à un téléobjectif de 400mm, F/D 5. champ de 6°. Recadré et corrigé :

On voit bien combien la nébuleuse s'étend beaucoup plus loin

Avec des instruments plus perfectionnés :

2h45 en poses de 2 mn (82 images) avec C9 (celestron 9'') réducteur de focale - f/D résultant 6,5. Monture EQ6, Lunette d'auto guidage Kepler de 80 mm en parallèle avec le C9. APN Canon 450D défiltré à 800 iso. Traitement Iris.

Mais quelle est la nature de cette nébuleuse ?

ESO, Nasa, Adrien Mauduit :

La nébuleuse d'Orion est un vaste nuage de gaz, de 33 années-lumière de large, situé à 1.350 années-lumière de la Terre. Elle est bien visible dans la constellation d'Orion, et se montre, surtout en hiver, dans l'hémisphère Nord. Un petit instrument suffit à la repérer, du côté de l'épée d'Orion, ce soldat dont trois étoiles alignées, facilement reconnaissables, représentent le baudrier.

Décrite pour la première fois en 1610, elle a été intégrée au catalogue de Messier sous le numéro 42 et est toujours connue des astronomes amateurs en tant que « M42 ». Les professionnels, eux, préfèrent le matricule « NGC 1976 » (NGC pour New General Catalog).

Si cette nébuleuse apparaît comme éclairée de l'intérieur, c'est qu'elle est très riche en étoiles brillantes. Les astronomes nomment ce genre d'endroit des pouponnières d'étoiles. On pourrait même parler de maternité car ces nébuleuses sont un lieu de naissance de nouvelles étoiles. Le gaz y est assez concentré pour qu'en certains endroits, la densité dépasse une valeur critique, provoquant un effondrement par une sorte d'effet boule de neige : plus la masse concentrée grossit, plus elle attire le gaz environnant, grossissant d'autant plus. Pression et température augmentent, très localement, jusqu'à l'explosion qui créera une étoile.

Lieu de naissance de nouveaux mondes

Ce gaz est également riche en poussières, venues de l'explosion finale d'étoiles plus anciennes. Emportées en tourbillons autour de l'astre naissant, elles s'agrégeront en cailloux, en rochers, en astéroïdes et finalement en planètes. Un endroit comme la nébuleuse d'Orion est donc aussi un lieu de formation de systèmes planétaires. Le nôtre est né ainsi.

La nébuleuse d'Orion fait partie d'un ensemble bien plus vaste, plus difficile à saisir dans un instrument, le Nuage d'Orion. On y trouve une nébuleuse plus petite, dite de la Tête de cheval, à cause de sa forme, bien sûr. Elle contient aussi un amas ouvert, le Trapèze, un groupe de jeunes étoiles nées au même endroit et qui ne se sont pas encore éloignées les unes des autres. Cette région du ciel nous offre ainsi une vision de la jeunesse des systèmes planétaires, en quelque sorte depuis la naissance jusqu'à l'adolescence.

Le trapèze (Theta1 Ori),