PHOTOGRAPHIER LE CIEL


Conseils pour la photographie du ciel

Francis MICHEL

20 février 2017

Photographier le ciel nocturne.

Pour ne pas faire de photos qu'on trouve partout sur Internet, des évènements locaux, des paysages, des nuages, par exemple, peuvent donner des photos originales.

Je n'ai aucune expérience de la photo du ciel avec un Smartphone ou un petit appareil automatique, je suis curieux de recevoir vos résultats éventuels. Un réglage manuel s'impose avec un reflex par exemple. Personnellement j'utilise un Canon EOS 1200D (1300D).

Par exemple un set complet 1300D pour 430 € avec zoom 18mm-55mm.

Un pied de bonne qualité est indispensable par exemple  : Trépied photo carbone 4 Sections 168cm avec Rotule Métal Sac de transport Inclus, 140 €.

Réglages :

Sensibilité : une sensibilité assez élevée est recommandée ; pour les étoiles sont de toute façon très ponctuel, seul le grain du ciel sera gênant mais on peut le supprimer avec un logiciel si on veut. J'utilise généralement 1600ASA

Objectifs : Un 18mm donne un champ intéressant facile à orienter ; on peut toujours utiliser un logiciel pour agrandir une partie de l'image. Une ouverture la plus large possible est intéressante (voir ci-dessous) mais 2.8 est suffisant avec un zoom. 3.5 c'est encore bon. Un fish-eye est utile pour une photo du ciel entier. Un téléobjectif est difficile à utiliser sans un dispositif spécial couteux pour suivre le mouvement du ciel.

Temps de pause : C'est le plus difficile à évaluer. Je donne ici quelques exemples pour avoir des étoiles ponctuelles. Cela dépend essentiellement de la focale de l'objectif et de l'orientation. D'une manière générale le temps de pause peut être plus long au plus on est vers le pole où le mouvement des étoiles est le moins rapide. Je donne une moyenne. Au plus la focale est courte au plus long on pourra régler le temps de pause : pour un fish-eye on peut aller jusqu'à 15 sec, 28 mm 3 sec, 50mm 1 sec. Plus le temps de pause est long, plus la sensibilité est forte, plus large est l'ouverture, plus on aura d'étoiles, de toute façon beaucoup plus qu'à l'œil nu.

Mise au point : attention la mise au point sur l'infini n'est pas à fond de course. Il y a généralement un petit trait pour l'indiquer mais des essais sont souhaitables. Si un de mes objectifs est réservé pour l'astronomie je mets une bande collante pour fixer ce réglage ; c'est fondamental.

Visée : l'écran LCD n'est généralement pas assez sensible pour orienter l'appareil avec les réglages définitifs. On peut vérifier l'orientation avec un essai surexposé. Certains appareils ont un écran orientable ce qui permet de ne pas se tordre la tête pour voir la photo. Il ya aussi des pieds avec un dispositif qui permet de prendre l'appareil en main pour exmainer l'écran LCD puis de le remettre ensuite dans la même position c'est très pratique et recommandé.

Déclencheur : c'est un dispositif pour prendre la photo en évitant de bouger en utilisant le bouton de l'appareil. Indispensable avec un pied de mauvaise qualité. C'est un bouton au bout d'un câble qui s'adapte sur le boitier. Attention chaque appareil a une fiche de format différent même dans la même marque, bien vérifier lors de l'achat.

Influence de la météo et du lieu : Un temps clair est évidemment favorable notamment pour avoir des étoiles colorées. L'œil est très peu sensible aux couleurs la nuit. Avec les diapositives c'est superbe, avec les appareils numériques bon marché c'est moins bons mais les appareils professionnels donnent évidemment de très bons résultats. La pollution du ciel pose un énorme problème. J'obtiens cependant des résultats inattendus ; avec un logiciel de traitement d'image comme IrfanView ou Photoshop je supprime la couleur rouge souvent dominante dans l'éclairage des villes et j'assombris le ciel. Il existe des logiciels très pointus pour ce genre de corrections dont un fournit avec les appareils Canon. Pour les pros on peut utiliser des filtres et des logiciels spécialisés pour la photo astronomique.

Préparation de l'observation : Utiliser un logiciel de simulation (voir rubrique logiciel) donne une idée de ce qu'on va photographier. J'envoie aussi des e-mails pour prévenir qu'un événement particulier est prévisible (voir la rubrique contact). Certains sites ou revues donnent les observations du mois. Comme http://autourduciel.blog.lemonde.fr/ certaines choses sont assez évidentes mais on les oublie parfois : s'habiller chaudement car en observant on oublie qu'on prend froid, vérifier la charge de la batterie, préparer les réglages de l'appareil.

Les Times Lapse

Ce sont des films accélérés du mouvement du ciel ou tout autre sujet. Il faut faire un grand nombre de photos prises à intervalles réguliers et les assembler pour faire un film. Par exemple des photos du ciel toutes les 20 secondes pendent une heure, donc 180 photos à la même défintion et exposition en mode manuel. Il faut donc avoir un timer (c'est très bon marché sur amazon). On peut utiliser gopro studio pour l'assemblage. (voir "Logiciels et sites")

Exemple:

Un excellent livre pour se lancer dans la photographie du ciel. A commander. 29€ + port.

http://www.photographierleciel.com/